Une journée dans les pompes d’un concepteur-rédacteur freelance

Vous êtes concepteur-rédacteur dans une agence de communication ou une entreprise, et vous voulez passer à votre compte ?

Ou vous êtes encore en école de comm’, et vous vous demandez si vous ne choisiriez pas la rédaction web comme spécialité ?

Découvrez une journée-type d’un concepteur-rédacteur freelance comme si vous étiez dans ses pompes (des Stan Smith bien sûr – what else ? 😉)

7h30 : Le réveil du concepteur-rédacteur freelance

“Comment ça, 7h30 ? Mais t’es freelance : pourquoi tu dors pas plus ?”

Parce que, justement, on est freelance. Et quand on est freelance, chaque minute paye le loyer, les courses, et les week-ends entre copains.

Du coup, dès 7h30, le concepteur-rédacteur freelance est sur le pied de guerre.

Vu qu’il est passionné de son métier, il y a de fortes chances que, pendant la nuit, il ait eu une idée de génie à propos de la structure d’un livre blanc ou la thématique du prochain article de blog d’un client.

Il saisit donc son portable, et note toutes ces idées avant d’aller prendre son premier café de la journée.

Comme il est free, son espace de travail n’est jamais bien loin de son lit. Pas question de s’y mettre dès maintenant ! Il ignore l’écran de l’iMac qui lui fait de l’oeil pendant quelques minutes encore, avant d’aller prendre sa douche.

En sortant de la salle de bains, il enfile un t-shirt bien propre, mais garde tout de même son bas de pyjama bien cosy. Après tout, à la caméra, pendant les call-conférences, les clients n’y voient que du feu, et c’est bien plus confortable.

8h30 : La première consultation de la boîte mail

Vous vous demandez à quoi ressemble la boîte mail d’un concepteur-rédacteur ? On vous le donne en mille : on y trouve majoritairement des notifications Google Docs assez impersonnelles.

Dedans, tous les retours des clients sur des contenus créés dans les jours précédents. “Revoir la formulation, trop compliquée” ; “Rajouter la proposition de valeur de l’entreprise” ; “Réécriture nécessaire de ce paragraphe”, “Où sont les propositions de visuels ?”

Au réveil, ça pique un peu. Du coup, avant de s’y attaquer, le concepteur-rédacteur se prend un deuxième petit café.

8h45 – 10h : Intégration des retours clients

Hop, on s’y met. Trois clients différents, trois contenus différents, trois types de retours différents.

Avec le temps, le concepteur-rédacteur freelance a appris à ne pas se formaliser des retours parfois abruptes sur sa manière de rédiger ou d’aborder des sujets. Il prend en compte tous les retours, sans chipoter.

Objectif : satisfaction client optimale + pertinence pour les cibles !

Bim, bam, boum : en trois coups de cuillère à pot (et plus d’une heure tout de même), le rédacteur intègre les retours, et envoie des mails à la pelle pour signaler que la version finale est dispo.

Le concepteur-rédacteur freelance n'est pas le seul à faire des jeux de mots...

10h – 12h30 : Structuration d’un livre blanc

Ce projet le fait saliver depuis quelques jours : un livre blanc de 15 pages au format PDF final.

Il va y avoir du taff, mais le concepteur-rédacteur adore le challenge.

Ceci dit, hors de question de se lancer dans un aussi gros projet web sans filet de protection. Il se lance étape par étape :

  • Il lit des sources existantes sur le sujet, le brief du client, et des articles en veux-tu en voilà
  • Il repère des chiffres-clés, des citations, des encarts thématiques à potentiellement intégrer au contenu
  • Il se fait une première idée du concept créatif derrière le PDF, pour guider un minimum le directeur de création derrière
  • Il structure toutes ces recherches dans un plan bien détaillé, sur un Google Docs, vous vous en doutez

Et voilà ! On envoie tout ça au client, pour qu’il y intègre ses idées et son expertise, avant de pouvoir le rédiger.

12h30 – 14h : Pause déjeuner… ?

Son ventre commence à gargouiller, et son cerveau est légèrement en surchauffe.

Le rédacteur ouvre donc YouTube ou Netflix, met à chauffer le reste de sa poêlée de légumes d’hier soir, et s’apprête à se détendre un peu les neurones

Par-dessus le grésillement des courgettes sur le feu et les miaulements du chat, il entend un son bien connu… Tiens tiens…

12h40 – 13h05 : Ah bah non, finalement, call client

C’est son portable qui sonne. Sur l’écran s’affiche le nom du client qui préfère le bon vieux coup de fil plutôt que l’email pour communiquer.

Un peu dépité, mais pas prêt à rater une occasion de satisfaire son client, il décroche donc, et prend en compte la demande dudit client.

Ca commence à sentir un peu le cramé depuis la cuisine ; il baisse le feu sous la poêle d’une main, et continue de noter les remarques du client de l’autre. Il a intérêt à être aussi ambidextre que créatif, le petit rédacteur !

Le concepteur-rédacteur freelance prend les appels de ses clients en toutes circonstances

13h05 – 14h : Vraie pause déjeuner (ouf !)

Cette fois-ci, la pause déjeuner est bien méritée. Pas d’appel client en vue : il est temps de se remplir l’estomac.

Il faut dire que le cerveau du concepteur-rédacteur freelance a besoin d’être bien nourri pour tourner à plein régime.

Un peu de veille LinkedIn en passant, histoire de se nourrir des contenus les plus intéressants de son réseau, et on s’y remet. On dormira quand il n’y aura plus de cibles à convertir.

14h15 – 16h : Rédaction SEO d’un article de blog

Si on vous dit “un article de blog sur le design thinking appliqué à l’innovation dans le domaine des RH”, ça vous dit quelque chose ?

Très sincèrement, ça ne dit rien non plus au concepteur-rédacteur, en soi.

Heureusement, pour s’atteler à cette tâche, il a à sa dispo le brief de son client, des sources externes en quantité, et sa plume la plus aiguisée.

En bon rédacteur web, il n’oublie pas d’y mettre une pincée de SEO savamment mesurée, en utilisant Google Keyword Planner et 1.fr. Eh oui : pas question de faire du marketing de contenu au doigt mouillé, voyons !

16h – 17h : Callconf’ avec un client

Récemment, notre cher freelance a décroché un chouette projet de contenu, et il doit créer une ligne éditoriale SEO et Social Media pour son nouveau client. Dans ses tarifs, il a bien entendu inclus une heure de brief initial sur le business de son client, ses objectifs, ses cibles, leurs enjeux…

Sur Hangouts, toute la team de l’autre côté est présente : du commercial au chef de projet, tout ce petit monde explique comment tourne l’entreprise, et de quoi elle a besoin pour attirer ses prospects.

Notre concepteur-rédacteur écoute patiemment, pose des questions orientées business, et note précieusement tout ce qui se dit.

Le Content marketing, c’est une grosse part de rédaction, mais aussi beaucoup d’écoute et d’empathie !

Le voilà avec un paquet d’idées à transformer en véritable stratégie éditoriale, bien costaud.

17h – 18h : Comptabilité & co.

On a tendance à négliger ça mais, être freelance, c’est aussi s’occuper de sa propre entreprise, la plupart du temps soi-même.

De la compta à l’administratif, en passant par les devis et les déclarations de TVA, notre concepteur-rédacteur freelance a de quoi s’occuper régulièrement !

Il édite d’abord le devis du prospect qu’il a eu au téléphone tout à l’heure, en priant pour que ses propositions de prix rentrent dans le budget de l’entreprise, et qu’elles soient acceptées.

Puis, vu que c’est la fin du mois, il édite ses factures et les envoie à ses clients. Au passage, il se permet de demander une petite reco sur LinkedIn, histoire de rendre son profil plus attractif.

Et vu qu’il est 18h, et qu’il peut gérer lui-même son planning, pas de raison de se surcharger de boulot ! C’est parti pour aller chercher son pote à la sortie du bureau. Pour bien sûr s’entendre dire “Dis donc, tu finis tôt, toi, en freelance !” 😉

Qu'est-ce que vous en pensez ?
Au top
24
Elles ont osé !
3
Haha
0
Intéressant
4
WTF
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll To Top