A quoi ressemblera le monde en 2030 ? | Prédictions des Digital Naïves

Quand on observe les milliers de gadgets ou véritables avancées technologiques fleurissant chaque année, on a tendance à se demander où tout ça va nous mener. Le simple fait de se projeter dans 10 ans paraît parfois complexe.

Les Digital Naïves ont décidé de relever le défi, et se transforment en apprentis Nostradamus pour vous proposer une version de ce à quoi ressemblera le monde en 2030… mais uniquement le monde du travail.

Sortez la DeLorean : on bondit d’une décennie pour ce nouvel article farfelu.

Les transports : plutôt taxi fluvial ou hyperloop ?

C’est le début de la journée. Prêt.e à partir au taff ?

En 2030, on va au boulot en taxis fluviaux, quand on a la chance d’habiter une ville de bord de fleuve. Pour les autres, on n’oublie pas de recharger sa voiture 100% électrique, ou encore sa trottinette électrique (mince, celles-ci n’ont pas disparu en 2030 !).

D’ailleurs, on habite de plus en plus loin de nos lieux de travail. Les TGV, c’est de la rigolade, par rapport aux hyperloops qui se développent un peu partout.
Grâce à ces immenses tubes, où circulent à toute vitesse des navettes tout aussi peu confortables que le RER, on parcourt le trajet Paris-Lyon en moins de 30 minutes.

Quand on est en télétravail, on peut tout de même profiter des jacasseries de Jacqueline de la compta, qui vous raconte l’acquisition de son dernier robot ménager (terme qui désigne désormais un véritable robot qui fait votre ménage). Il vous suffit de vous munir de votre casque de réalité augmentée, directement relié à votre lieu de travail : c’est comme si vous y étiez… les postillons en moins.

Depuis quelques mois, on parle d’expérimentations qui commencent à aboutir au sujet de la téléportation. Le seul souci : les scientifiques n’arrivent toujours pas à comprendre pourquoi on arrive nu, au bout du trajet.

Un pass pour la vie au bout des doigts

Quel que soit le mode de transport qu’on choisit, dès lors que l’on arrive au bureau, on y accède grâce à nos micro-puces implantées dans la main. Elles nous permettent non seulement d’ouvrir la porte du bureau, mais aussi de se payer un café à la machine (qui propose toujours un café aussi médiocre qu’avant).

Leur sécurité a été sensiblement améliorée, depuis les premiers tests in vivo de la fin des années 2010. On se souvient en souriant des premiers temps, où il était possible de se faire arnaquer par des hackeurs, avec une simple poignée de main échangée…

Votre collègue préféré vous offre le déjeuner de midi ? Plus question de s’embêter avec Lydia ou toute autre application mobile de transfert d’argent ! Vous avez bidouillé un peu le logiciel de vos puces, et avez créé une fonctionnalité qui vous permet, en un high-five spécial, de vous rembourser l’un.e l’autre. La classe.

Les micro-puces sont devenues monnaie courante en 2030

Nos métiers sont plus que jamais digitaux…

Ca faisait des années que les travailleurs du digital sentaient le vent tourner : l’IA a bel et bien pris la place de bon nombre de postes de rédacteurs, graphistes et autres développeurs web. Leur valeur ajoutée, désormais, est de sélectionner la bonne data, et de la nourrir aux algorithmes, pour y intégrer une pincée de ce je-ne-sais-quoi d’humain.

Pour les jobs les plus dangereux ou pénibles, cela fait déjà cinq ans qu’on les a remplacés par des drones et des robots. Ceci dit, on n’a toujours pas vraiment réussi à créer des robots moins flippants que Sophia, la mère de tous les robots humanoïdes, devenue une forme d’emblème du monde de la robotique.

Les scientifiques déclarent d’ailleurs, malgré des années de boulot en collaboration avec des sociologues et des anatomistes, que l’une des choses les plus difficiles à reproduire sur un corps humanoïde est un sourire humain. Ca nous rassure : voilà un truc qu’on ne nous retirera pas de si tôt !

Les robots n'ont pas encore tout à fait pris la place de l'humain dans le monde en 2030

Et les relations avec les autres aussi !

Oui, nous sommes entourés de machines. Oui, nous avons déclaré ouverte l’ère du web 7.0 (on croit, hein, on a arrêté de compter à 3.0). Mais les relations humaines demeurent au centre de nos vies.

Elles ont changé, augmentées par un monde digital qu’on n’aurait jamais imaginé il y a dix ans. Nos réunions, par exemple, se font en réalité augmentée. Et on vous assure que Jean-Michel BTP a tout autant l’air réaliste que s’il était dans la pièce. La RA ne l’aide pas à être moins ronflant, malheureusement.

Votre manager, quant à lui, ne part plus en vacances à Bali ou en Islande, mais sur Mars. On nous disait pourtant, il y a quelques années encore, que c’était impossible. Mais Elon Musk (oui, il est toujours autant d’actualité, et n’a pas pris une ride), à grand renforts d’heures supplémentaires de ses équipes de SpaceX, l’a fait.

Et zut de flûte, votre manager a même accès au web sur Mars ! Du coup, vous devez tout de même traiter les mails qu’il vous envoie depuis son AirBnB de rêve fort, fort lointain.

Les réunions ne ressemblent plus à ce qu'elles étaient avant 2030

Les déjeuners au bureau comme on ne les a jamais vus

C’est l’heure du déjeuner ? Ni une, ni deux, on se met d’accord sur ce qui nous tente, et on se fait livrer notre repas par drone. C’est une ambiance très Cinquième Élément, qui nous rappelle combien les vieux films sont définitivement les meilleurs.

Pour les plus petits budgets, on ramène ses ingrédients de base, et on imprime son repas avec l’imprimante 3D commune à tous. Certains oublient encore de la nettoyer après chaque utilisation, et ça irrite Julie, chargée de l’accueil dans le coworking.

D’ailleurs, depuis qu’on a créé de la viande artificielle in vitro, on ne touche plus vraiment à la “vraie” viande. A la limite, on augmente notre apport protéique en grignotant quelques grillons, devant son ordi. On appelle toujours ça de la “smart food”, même si ça nous rend tout aussi toqués que la malbouffe d’antan, et que ça ne règle absolument pas les problèmes environnementaux liés à notre mode de consommation.

Les imprimantes 3D font partie intégrante du monde en 2030

La culture d’entreprise en 2030

Ils commençaient à apparaître courant des années 2010 ; ils ont désormais colonisé le monde de l’entreprise : les Chief Happiness Officers. Désormais formés dans des Masters spécialisés dans des écoles de marketing ou de communication, ils sont de véritables petits dictateurs du bonheur.

Heureusement, avec les bureaux nomades, on peut alterner les jours passés à côté de son CHO, en s’arrangeant avec ses autres collègues. Le concept : on peut choisir sa place dans les locaux dès que l’on arrive, sans contrainte, et selon les disponibilités du jour.

La pratique s’est tellement répandue, qu’on installe des désormais des casiers dans les halls des entreprises, où on laisse nos affaires du jour au lendemain. En arrivant au taff, on se sent un peu comme dans un épisode de Dawson. Ca nous rappelle notre jeunesse, et on est mélancoliques..

Mais bien sûr, on se fait encore et toujours de vrais potes parmi ses collègues ! De la même manière qu’au début de la décennie, on peut râler avec eux, ou juste papoter à la pause vape. Bah oui, vous croyez quand même pas qu’on continue à fumer des cigarettes, à 25€ le paquet ?

Et le monde en 2030 pour les femmes, ça en est où ?

Vous vous souvenez, quand on vous disait, fût un temps, qu’il faudrait près de 100 ans pour atteindre l’égalité homme/femme ? On vous le donne en mille : la place des femmes dans le monde du travail n’a pas beaucoup évolué.

Ceci étant, les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire des boulots qu’on aurait auparavant laissé à des hommes : développeuses, bizdev, architectes réseau… Elles se retrouvent aussi de plus en plus à la tête d’entreprises, ou dans leurs boards. Ca nous rassure un peu.

On se motive aussi à se lancer en indépendantes, de plus en plus, et surtout on s’entraide entre nous sur de superbes projets, portés à bout d’oestrogènes. Vous imaginez bien que nos cycles menstruels sont plus que jamais synchronisés !

Et on repense à l’époque où on a lancé les Digital Naïves. C’était déjà un peu le futur, non ? 😉

Le monde en 2030, ce sera toujours avec les Digital Naïves !
Qu'est-ce que vous en pensez ?
Au top
4
Elles ont osé !
0
Haha
2
Intéressant
3
WTF
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll To Top