“Je comprends pas comment tu fais pour être productif alors que tu restes chez toi pour bosser !”
“C’est quoi, ton secret, pour pas taffer tout le temps, en freelance ?”
“Je pourrais pas, moi, gérer ma prospection, mes projets et ma comptabilité tout seul…”

Être freelance, ça peut paraître bien compliqué… et vos amis salariés vous le disent d’ailleurs régulièrement. Il y a tant de choses à penser, quand on est indépendant, qu’il est aisé de prendre des mauvaises habitudes qui viennent nuire, sans qu’on le voit vraiment, à notre productivité.

Fortes de leur expérience en freelancing et autre slashing professionnel, les Digital Naïves ont rassemblé pour vous 7 de ces sales manies de freelance à abandonner, pour une activité vraiment efficace… et un bien-être optimal !

Les tips pour accroître votre productivité en tant que freelance

Commencer à bosser avant de s’être préparé

Il est 8h30, vous ouvrez les yeux, et vous imaginez vos amis salariés qui sont déjà en route pour le boulot ou finissent de se préparer. Il fait si bon sous la couette, et votre ordinateur est presque à portée de main depuis votre lit douillet…

C’est tentant, de se saisir de son ordi, et de commencer à traiter ses mails du matin depuis le plumard, hein ?

Non ! Levez-vous, prenez un bon café (ou un thé, si vous êtes réfractaire aux diktats caféinés), et préparez-vous comme si vous alliez au bureau. L’objectif : chasser de votre esprit les songes de la nuit, et vous mettre en condition pour attaquer une journée bien productive.

D’ailleurs, en tant que freelance, vous êtes dans la meilleure situation pour tester le Miracle Morning. Le principe est simple : vous réserver au moins 30 minutes le matin pour vous, et vous seul.e. Pendant ce temps dédié à votre bien-être, vous pouvez faire un peu de yoga ou d’étirements, câliner votre chat, écrire votre journal intime, créer votre checklist des objectifs de la journée…

En somme, décollez-vous les yeux, et soyez aussi prêt.e à attaquer la journée que vos potes salariés. Après tout, on ne sait pas si un client ne vous appellera pas en Facetime d’ici une petite heure… vous auriez l’air malin, dans votre pyjama à 10 heures du matin !

Le matin, attaquez votre journée de freelance comme si vous alliez au bureauAttaquer les missions “les plus importantes” en premier

Ouhlala, on est déjà mercredi ? Et vous avez promis à votre client de lui livrer jeudi midi ce gros projet bien costaud ? Spontanément, vous avez envie de vous jeter dessus dès 9 heures…

Mais est-ce vraiment le meilleur plan ? Vous connaissez sans doute la matrice d’Eisenhower, qui vous permet de trier les tâches importantes et urgentes, et d’apprendre à mieux les traiter ou les déléguer. Vous savez quoi ? Mettons-la à la poubelle quelques temps. Parce qu’elle n’est pas forcément la plus logique pour vous.

Le projet à attaquer dès le matin peut très bien être celui qui vous met bien le pied à l’étrier, et non le plus urgent ou le plus important. Travailler seul, en freelance, c’est aussi savoir s’auto-motiver, et ça ressemble plus à un marathon qu’à un sprint.

Les jours où vous vous sentez moins pumped-up, trouvez une tâche assez simple à accomplir, assez rapide à terminer, qui vous motivera pour le reste de la journée.

Promis : ça vous évitera d’attaquer votre tâche-éléphant, énorme et à la deadline serrée, puis de l’abandonner pour finir sur une vidéo YouTube, en PLS tellement vous êtes stressé de ne pas tenir vos engagements.

Organiser son planning de freelance au fil de l’eau

Un nouveau projet qui rentre ? Une idée qui surgit ? Tiens, et si vous notiez ça sur un énième post-it sur votre bureau ?

Ce n’est pas qu’on aime pas les post-its, chez les Digital Naïves (la preuve, on adore en créer des digitaux)… mais niveau organisation, on a quand même connu mieux. Et ce n’est pas parce que vous bossez seul que vous ne devez pas savoir où vous allez !

En freelance, l’organisation, c’est le nerf de la guerre. Pensez donc à :

  • Vous organiser un véritable planning, avec de véritables deadlines. Ça peut être sur votre calendrier perso, ou sur un Trello bien structuré ; le tout est d’avoir de la visibilité sur vos deux, voire trois semaines à venir.
  • Prévoir de finaliser vos projets quelques jours avant la deadline annoncée au client. Voilà une habitude de freelance qui sauve la vie, si un mauvais rhume vous immobilise au lit pendant quelques jours, ou si une autre mission prend plus de temps que prévu.
  • Regrouper toutes vos notes à un seul et même endroit. Notes prises en rendez-vous client ou prospect, issues de brainstorms, de réunions ou de recherches personnelles… Vous devez tout pouvoir retrouver en quelques clics. Microsoft OneNote ou Evernote sont des outils idéaux pour ça.

Une fois que votre planning sera bien organisé, plus question de caser de nouvelles missions n’importe où ! Vous savez quelle deadline annoncer à quel client, et vous pouvez réorganiser vos projets en quelques clics si nécessaire.

L'organise de votre planning de freelance est cruciale pour votre productivité : exit les post-it à tout va !

Manger à la va-vite

Oups ! Il est déjà 1h30, et vous êtes en plein dans le jus. Heureusement, vous avez un ramen à faire chauffer rapidos, et à engloutir devant votre écran, sans faire de pause.

Non, non, et trois fois non ! Votre cerveau est votre outil de travail sacré ; et pour l’entretenir comme il faut, il a besoin non seulement de bonne nourriture, bien nutritive, mais aussi de pauses, bien méritées.

La pause dej’, pour le freelance, c’est le moment de profiter à fond du fait que personne ne vous dicte comment vous conduire. Profitez-en pour vous mijoter un bon petit plat, et pour continuer la saison 3 de The Crown, posé.e tranquillement.

On se fout de vous parce que vous passez votre temps chez vous ? Qu’à cela ne tienne ! Sortez pendant la pause déjeuner, et allez manger avec vos potes salariés, ou promenez-vous dans votre quartier.

Vous faites un métier créatif en freelance, où vous savez pertinemment que le déjeuner est le moment privilégié pour développer de bonnes idées ? Décalez votre pause déjeuner à plus tard si nécessaire : qui vous en empêche, après tout ?

En gros, ne déconnez pas : dé-con-nec-tez ! C’est la clé d’un cerveau bien alimenté, prêt à reprendre de plus belle du collier.

Répondre aux mails clients en moins de deux

Ding ! Ding ! Ding ! C’est le doux bruit des emails clients qui arrivent dans votre boîte mail tandis que vous bossez sur un projet où il vous faut être bien concentré. Votre coeur s’accélère au fur et à mesure qu’ils s’entassent, laissant vos clients en attente…

Dites donc, vous ne seriez pas un peu accro à la communication, vous ?

Hormis les cas d’extrême urgence, où vous attendiez une réponse depuis deux semaines d’un client ou prospect particulièrement muet, ne vous ruez pas pour répondre à vos mails.

Vous êtes le seul à pouvoir savoir si tel email est très urgent, ou si tel autre peut attendre quelques heures. Sachez prioriser la manière dont vous communiquez, et libérez-vous de l’espace dans votre cerveau.

Ne consultez même pas le contenu de l’email, en vous disant que vous y répondrez plus tard : rien de pire pour gâcher sa productivité, et laisser stagner ça dans un coin de votre esprit déjà bien chargé !

Et petite précision : ça marche s’applique aussi aux messages sur Slack, aux SMS “t’as reçu le mail que je viens de t’envoyer ?” et aux appels qui, vous le savez, n’ont rien d’urgent. Chill : vos clients vous aiment, et comme on dit true love waits 😉

Faire sa comptabilité au petit bonheur la chance

Certains freelances, auto-entrepreneurs ou en société personnelle, décident de gérer leur comptabilité via un logiciel ou une plateforme. Chez les Digital Naïves, on avoue qu’on aime bien faire ça à la mano, pour suivre de très près ce qui se passe niveau sous-sous.

Mais pas question de faire ça en bazar ! Le traitement de vos factures, c’est votre salaire, et donc ce qui vous permet de garder un toit sur la tête et un estomac bien rempli.

Voici quelques conseils bien sentis, tirés de votre expérience :

  • Créez-vous un document Excel unique, où tout apparaît. Prix HT, TTC (si vous avez atteint le stade de facturation de la TVA en micro-entrepreneur 🔥), date d’émission de la facture, nomenclature desdites factures… mais aussi montant et date de paiement de vos charges URSSAF, et versements de vos salaires perso… Gardez tout dans un document bien structuré, où vous avez tout ce qu’il vous faut sous la main.
  • Concevez un code couleur qui permet de savoir quel client vous a payé, est en cours de paiement, ou vous ignore tout bonnement. Histoire de savoir quelles factures impayées traiter rapidement.
  • Designez un modèle de facture et de devis-type, à remplir en quelques coups de clavier. Ça peut être sur InDesign, sur LucidPress ou sur Canva, peu importe : le tout, c’est de pouvoir très rapidement les éditer, pour les envoyer illico.
  • Gardez précieusement dans un coin les adresses et SIRET de vos clients. L’objectif : les retrouver aisément quand c’est le moment d’éditer vos factures !

Si certains aiment facturer directement à la fin d’un projet, de notre côté, on aime se dédier un moment en fin de mois pour facturer d’un coup, d’un seul, tout ce qu’on y a accompli. Les clients fidèles s’y retrouvent, et savent que, tous les 30 ou 31 du mois, ils doivent vous faire votre virement. Malin, non ?

Gérez votre comptabilité de freelance comme un chef

Bosser le week-end (ou, en tous cas, tous les jours)

Certes, être en freelance, c’est s’imposer le planning que l’on souhaite. Et après tout, si vous voulez bosser le week-end, tandis que vos clients se la coulent douce (et donc laissent votre boîte mail tranquille), pourquoi pas ?

Oui, certes. Mais bosser tous les jours, c’est s’assurer de finir son vol plané en véritable crash psychologique, voire physique. Combien de freelances qui se sont surchargés sur un mois, et regrettent leurs brunchs dominicaux ou leurs samedi ciné, complètement blindés de boulot ?

Sachez vous octroyer au moins une journée entière sans toucher à vos projets en freelance. 24h, c’est le minimum pour que votre cerveau se détache du stress inhérent à ces missions, fasse le point, pour mieux revenir à la charge. Et si le samedi vous convient mieux pour taffer, partez sur une pause entière sur un autre jour.

Si vous êtes slasheur ou slasheuse, ce n’est peut-être pas aussi manichéen que ça. Mais quoiqu’il arrive, vous avez désormais un planning aux petits oignons, qui vous permet de vous laisser du temps pour respirer, au moins sur une demi-journée.

Protégez votre santé mentale, en vous ménageant des week-ends et moments de pause

Et vous, c’est quoi, vos sales petites manies dont vous voudriez vos débarrasser, pour mieux réussir en freelance ? Dites-nous tout : on éditera cet article pour les réunir toutes ici 🎉

Qu'est-ce que vous en pensez ?
Au top
1
Elles ont osé !
0
Haha
0
Intéressant
0
WTF
0
Voir les commentaires (1)

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll To Top