Comment survivre à une soirée networking ?

C’est confirmé : Jean-Michel Réseau vous invite à son prochain événement, et vous ne pouvez absolument pas rater cette occasion en or de développer votre réseau.

Seulement, vous voyez déjà la cata potentielle d’une telle soirée : blancs gênants dans la conversation, angoisse de ne pas savoir vous présenter, voire solitude ultime, collé à un mur dans lequel vous souhaiteriez vous fondre pour de bon.

Pas de panique ! On vous propose ici un petit guide de survie à destination de ceux qui veulent éviter le malaise pendant une soirée networking, tout en profitant des avantages de tels événements.

Arborez votre plus beau sourire, et sortez votre attirail d’aventurier du réseautage : on part à l’assaut de nouvelles perspectives pour votre vie professionnelle !

Le guide de survie en soirée networking, et tous les conseils pour éviter les moments gênants

Avant la soirée networking : préparez votre pitch

Vous aimez votre activité, vous en êtes sans doute fier. Mais, en soirée networking, il va vous falloir savoir la présenter efficacement !

Après tout, vous n’êtes pas venu pour enfiler des perles, mais pour ouvrir votre réseau professionnel à de nouvelles rencontres. Commencez donc par vous demander ce que vous attendez de cette soirée. Voulez-vous…

  • Trouver des investisseurs ?
  • Dénicher de nouveaux clients ?
  • Rencontrer des partenaires business ?
  • Fortifier une relation avec l’un de vos clients actuels ?

En gardant ces objectifs en tête, concevez en quelques lignes votre pitch commercial. Rien à voir avec la brioche fourrée de chez Pasquier (qui, d’ailleurs, a déposé sa marque, et en interdit l’utilisation dans certains contextes professionnels #FunFact).

Votre pitch commercial, c’est tout simplement la manière dont vous présentez votre activité à votre cible. En quelques phrases simples, vous devez expliquer à la personne que vous allez croiser au buffet ou à la sortie de la conférence ce que vous faites, de manière claire, concise, et attractive.

Dans une soirée networking, hors de question d’arriver sans ce fameux pitch ! Entraînez-vous donc à concevoir une phrase qui explique votre métier, ce en quoi il apporte de la valeur à vos clients, mais aussi vos petites spécificités.

Inutile d’inscrire cette phrase dans les notes de votre iPhone ; vous auriez l’air fin, à devoir le sortir dès qu’on vous demande “Et vous, vous faites quoi ?”. Gardez-la simplement en tête avant de débarquer, et sachez en ressortir les grands points quand on vous interroge sur votre activité.

Et surtout, n’ayez pas peur de vous embrouiller les pinceaux au début. Un pitch (on ne parle toujours pas la brioche fourrée, hein), ça se peaufine, ça s’améliore au fur et à mesure qu’on le teste sur ses cibles.

Pour l’instant, vous êtes dans la théorie. Mais en soirée networking, ça donne quoi ?

Le pitch : un essentiel pour savoir réseauter efficacement

En arrivant : trouvez la personne avec qui commencer la soirée

Premier moment potentiel d’angoisse de votre soirée networking : votre arrivée. Après avoir déposé votre manteau au vestiaire, ou pris votre badge, vous faites quoi de vos dix doigts et de vos deux bras ballants ?

Tout va dépendre de qui vous allez trouver dans la salle où vous rentrerez dans les premières minutes.

Vous comptez rejoindre des collègues ou des amis à la soirée ? Contrairement à ce qu’on peut penser, ce ne sont pas forcément les meilleures personnes avec qui entamer votre soirée networking. Trop simple, avec eux, de s’enfermer dans des discussions familières, et de vous empêcher de faire de nouvelles rencontres.
Si vous êtes vraiment trop timide, appuyez-vous sur votre pote pour ne pas vous liquéfier en traversant pour la première fois la salle. Mais osez rapidement aller à l’inconnu, jeune moussaillon du networking !

Vous rejoignez un client, qui vous a invité ? Votre premier objectif est clair : trouver ce client, pour le remercier de vous avoir convié, tailler un petit bout de bavette avec lui, et entretenir votre réseau actuel. Il sera sans doute accompagné d’autres personnes, qu’il pourra vous présenter, sans aucun malaise. Nice.

Vous êtes seul, et n’avez personne à retrouver à la soirée ? Il va falloir y aller au culot, et sortir de votre coquille. Vous pouvez commencer par aborder une personne seule, elle aussi, et parler de ce qui vous réunit ici : un événement particulier, un job ou un secteur d’activité en commun, une conférence…

Et si vous ne le sentez vraiment pas, essayez donc la technique du buffet.

Prenez votre courage à deux mains en soirée networking, et osez aborder les gens

Le buffet : votre sauveur ?

Quand on n’est pas très à l’aise en soirée networking, on adore se ruer sur le buffet. En prenant son courage à deux mains, on arrive à traverser la salle avec un seul objectif : les petits fours !

Qui sait ? Vous êtes même peut-être assez gourmand pour que ce soit l’une des seules raisons qui vous amène dans cette pièce pleine d’inconnus…

Bien sûr, le buffet, ça fait plaisir. Et on ne peut que vous encourager à vous en donner à coeur joie. Après tout, qui serait assez dingue pour refuser un verre gratos et un pain surprise plus ou moins quali ?

Mais, au-delà du plaisir du ventre, le buffet est un lieu-clé pour quiconque veut survivre à une soirée networking. Entrepreneurs, chefs d’entreprise, salariés, consultants, freelances, recruteurs… Quel que soit leur statut, en général, toutes les personnes un peu échaudées comme vous y traînent en début d’événement.

À côté de vous, quelqu’un attend pour se faire servir ? Dites-lui donc bonjour, et présentez-vous rapidement. Vous pouvez aussi lui demander ce qu’il boit, et commander sa boisson pour lui auprès de l’hôtesse. Pendant qu’on préparera sa coupe de champagne, vous pourrez enclencher la conversation tranquillement.

Vous vous prenez un gentil vent, face à une personne peu encline à la conversation, et vous vous sentez déjà mort à l’intérieur ? Pas le temps de vous apitoyer sur votre sort ! Buvez un coup, enfournez un macaron à la framboise, et remettez-vous en selle avec quelqu’un d’autre.

Veillez quand même à circuler un peu dans la salle. L’idée est bien qu’on ne fasse pas de vous un mythe urbain, style “le fantôme du buffet networking”.

En soirée réseautage, évitez de rester vissé au buffet quand même

La base : écouter attentivement ce qu’on vous dit

Beaucoup de gens pensent qu’ils vont en soirée networking pour parler d’eux, de leur projet, de leur entreprise, de leur job. Non : le premier intérêt de ces réunions, c’est bien d’écouter ce que les autres ont à vous raconter.

Osez aller saluer quelqu’un qui est seul, et lui demander si c’est la première fois qu’il vient à cet événement. La conversation s’enchaînera, et la personne vous expliquera son boulot : écoutez-la, même si ce qu’elle fait n’a a priori aucun rapport avec vos objectifs.

Cette même personne pourra peut-être vous présenter, au cours de la soirée, une autre personne qui, elle, vous intéressera. Et là, il faudra montrer que vous avez écouté ce qui vous a été raconté.

“Tiens, c’est drôle, je parlais justement tout à l’heure avec Jean-Pierre BTP, qui me racontait une problématique similaire à la vôtre ! Ah, vous travaillez avec Jean-Pierre BTP ? Voilà qui doit être intéressant !”

Et puis ne vous inquiétez pas : on finira toujours par vous demander “ce que vous faites dans la vie. C’est un réflexe très français : le boulot détermine carrément ce qu’on fait dans nos vies… Rappelez-vous toujours, quoiqu’il en soit, que vous n’êtes pas là pour vendre : vous souhaitez simplement attiser l’intérêt de vos cibles, pour qu’un bon contact s’établisse, et que vous puissiez plus tard poursuivre la conversation, dans un contexte plus intimiste.

Un interlocuteur un peu trop collant ? Prétextez une sortie maligne

On les a tous connus au moins une fois, ces moments quelque peu gênants.

Voilà quinze minutes qu’un type vous pitche son projet de start-up innovante, qui ressemble vaguement au business plan d’Uber, même si vous n’osez pas vraiment lui dire. Vous n’êtes d’ailleurs même pas sa cible : il semble simplement aimer se gargariser du fait d’avoir créé son app en 3 semaines (et on n’ose même pas imaginer le code qu’il y a derrière !).

Soyons clairs : si vous restez près de cette personne qui, somme toute, reste sympathique, vous allez rater de belles occasions de réseauter. Mais comment vous en dépatouiller ?

Pour vous sortir de cette conversation qui traîne un peu trop, prétextez de devoir retrouver un collègue, ou une personne à qui vous avez promis de parler pendant la soirée. Bien sûr, vous lui assénez un gentil “À plus tard !”… et vous fuyez vers de nouveaux horizons.

Le tips en plus : Vous avez un complice dans la salle ? Prévenez-le discrètement par message, et demandez-lui de vous sortir de la panade ! Mais fermez bien WhatsApp ou vos SMS après, lorsque vous devrez enregistrer le numéro de l’incongru start-upper, pour éviter qu’il ne voit ledit message…

Le dilemme : carte de visite ou compte LinkedIn ?

Vous avez établi un super bon contact avec un client potentiel ou un partenaire business intéressant, mais il vous joue la carte du “Je dois retrouver Jean-Paul avant la fin de la soirée” ? Ne le prenez pas mal, mais faites en sorte de garder contact !

Là se pose la question existentielle du XXIème siècle : cartes de visite, ou connexions via LinkedIn ?

Sachez que, si vous rajoutez quelqu’un sur LinkedIn, il y a de fortes chances qu’il ne vous recontacte jamais (même si votre profil est au top, grâce aux conseils des Digital Naïves !). La plupart des gens, dans leur réseau de 500+ relations, ne vous retrouveront tout bonnement pas sur le réseau social professionnel.

Préférez donc arriver à la soirée networking avec des cartes de visite originales, qui reflètent votre activité et vos valeurs. Ça vous semble un peu old-school ? Pourtant, cette carte trônera sans doute sur le bureau de votre interlocuteur pendant quelques temps, et attirera de nouveau son attention le jour où il aura des raisons de vous contacter.

Vous vous sentez des ailes de networker accompli ? Osez carrément proposer d’intégrer votre numéro au téléphone de votre contact. N’oubliez pas, entre parenthèses dans votre nom, d’intégrer le nom de votre entreprise et votre poste !

Voilà qui permettra à votre nouveau contact de se dire “Tiens, et si j’appelais le responsable marketing de chez Trucmuche ?”… et de vous retrouver dans son carnet d’adresses illico presto !

Dégainez les cartes de visite en soirée networking

Après la soirée networking : renouez contact

Une personne a montré un intérêt particulier pour vous ? Ou alors vous avez vraiment bien connecté avec un charmant jeune homme ? (Eh oui, on peut tomber amoureux en soirée networking, aussi.)

Osez reprendre contact, comme si vous faisiez du leadnurturing, dès le lendemain soir. Un message LinkedIn suffit : “J’ai été ravi de vous rencontrer hier, et j’espère que nos chemins respectifs se recroiseront bientôt !”.

Si vous trouvez la démarche un peu trop osée à votre goût, vous pouvez attendre un peu plus longtemps, et lui envoyer un article qui entre en résonance avec la conversation que vous avez eue pendant la soirée, par exemple.

Quoiqu’il en soit, osez être le déclencheur d’une seconde prise de contact. Faire du networking, ça fonctionne au culot ! Et plus vous vous entraînerez, plus vous serez à l’aise avec ces coups de maître du réseautage… moins vous aurez besoin de ce petit guide de survie à l’usage des networkers débutants 😉

Qu'est-ce que vous en pensez ?
Au top
2
Elles ont osé !
0
Haha
1
Intéressant
0
WTF
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll To Top