13 phrases issues du vocabulaire commercial 2.0 (un peu bullsh*t)

C’est bien connu : marketeurs et commerciaux adorent se détester. Mais au fond, grâce à une vision d’entreprise centrée sur le client très à la mode aujourd’hui, ils sont plus que jamais proches.

Parfois même, ils osent être potes… eh oui !

Ceci étant, en tant que marketeuses, on ne peut s’empêcher de se moquer un peu d’eux… surtout quand ils utilisent des phrases ultra-typiques, de manière ultra-redondante.

Et si on observait ensemble, à la loupe, le vocabulaire commercial 2.0 d’aujourd’hui, et qu’on en décryptait la signification réelle ?

N.B. : Vous trouverez ici des phrases qui peuvent être utilisées par tout autre poste dans l’entreprise… mais en vrai, on aime surtout se moquer des bizdev et autres commerciaux 😉

Analyse des phrases commerciales typiques d'aujourd'hui

Les phrases commerciales bullsh*t en phase de pitch

En phase de prospection, nos commerciaux 2.0 sont plus que jamais précautionneux sur les termes qu’ils emploient. Cependant, sans pour autant survendre, ils ont une fâcheuse tendance à utiliser des expressions qui nous font un peu marrer… les voici.

“Je peux vous déranger 5 minutes ?”

Quand on a le bonheur de partager l’open-space avec des commerciaux et des business developers, on les entend constamment poser cette question au téléphone. Si vous vous approchez plus près du combiné, vous entendrez des prospects (souvent froids) un peu agacés, qui demandent qu’on les rappelle à une autre date.

S’en suit une prise de rendez-vous téléphonique (“un petit quart d’heure suffira”), qui sera sans doute annulé à la prochaine occasion. Dites donc, vous voudriez pas faire un peu d’Inbound marketing et Sales, pour résoudre ce problème de prospects froids ?

“C’est une offre clé-en-main”

Voilà un vocabulaire commercial des plus répandus aujourd’hui. L’offre clé-en-main, c’est l’offre qui peut être déployée chez vous en quelques jours seulement… mais qui ne sera pas parfaitement adaptée dès le début. Mais ça, on n’en parle pas dans la phase de pitch, hein.

L'offre clé-en-main : une expression commerciale ultra répandue

“Je vais vous faire une offre sur-mesure”

Cousine de l’expression précédente, l’offre “sur-mesure” promet d’être personnalisée, totalement adaptée aux besoins du client… comme le beau costume que revêt votre bizdev quand il va en rendez-vous, tiens.

Ceci étant, l’offre sur-mesure s’avère plutôt être une offre qui mettra plus de temps à être déployée chez le client… et qui rencontrera quand même plein de galères dès le début. Comme l’offre clé-en-main, oui oui.

Le sur-mesure : la mode du vocabulaire commercial un peu bullshit

“Nous avons la solution aux challenges que vous rencontrez”

“Problème” : voilà un mot que tous les managers commerciaux veulent éliminer du vocabulaire de leurs vendeurs. Anxiogène, voire un peu hyperbolique dans certains cas, le “problème” fait peur.

On trouve donc désormais de jolis synonymes, tels que “challenges”, ou pour leur version française, “défis”. Oui : vous, cher prospect, rencontrez des défis à reveler. Tout de suite, votre métier prend des airs de Koh Lanta, et paraît plus chouette. Tenez, je vous envoie le contrat par mail, jeune aventurier ?

“Notre offre permet à nos clients de passer à la vitesse supérieure”

C’est la grande mode, dans le vocabulaire commercial, des expressions en rapport avec la vitesse. Vous les voyez, les bizdev qui intègrent l’emoji fusée à leur titre sur LinkedIn ? Ou encore ceux qui utilisent beaucoup les expressions “passer à la vitesse supérieure” ou “booster” ?

Deux minutes, Jean-Michel Vendeur, calmons-nous. On n’est pas sur les 24h du Mans, mais en prospection. On arrête le Red Bull pendant une demi-heure, et on se reconnecte à son soi intérieur le plus serein.

“Notre équipe d’experts met tout en oeuvre pour nos clients”

Aah, la fameuse équipe d’experts. Parfois, ce sont bel et bien des experts, aguerris aux meilleures pratiques. Mais bien souvent, ce sont des stagiaires apeurés, des alternants qui croulent sous les clients, ou encore des consultants en freelance, qui bossent autour d’un chef de projet à bout de nerfs. Ce qui n’enlève rien à leur expertise, si vous voulez vraiment jouer sur les mots 😉

L'expertise : un terme commercial sur-employé ?

Le vocabulaire commercial en rendez-vous client

Ca y est : Jean-Michel a décroché un rendez-vous avec un prospect tout proche de signer. Stylo à la main, prêt à faire signer le contrat, il décoche son plus grand sourire… et son vocabulaire commercial qui nous fait tant rire.

“Nous avons pu avoir une vision 360 de vos besoins”

Ici, comprendre : “On a beaucoup utilisé LinkedIn Sales Navigator, et d’autres logiciels de prospection, pour comprendre l’organigramme de votre entreprise, trouver vos points de douleur, et appuyer dessus jusqu’à ce que vos décideurs se disent qu’on était un bon presta pour vous. Après, en ce qui concerne vos besoins… elle fait quoi, déjà, votre entreprise ?”

Et puis imaginez un peu un commercial à la vision 360° : on serait pas sur un cas de métamorphose en caméléon, là ?

“Nous allons travailler en synergie / co-construire notre offre avec vous”

C’est la grande ère du co- dans le discours commercial et marketing. On co-construit, on co-créé, on co-développe, on fait du co-branding… Bref, on travaille tous ensemble, on se fait des papouilles et des mamours (professionnels, toujours, hein), et ce surtout avant la signature du contrat. Parce qu’on fera tout, mais alors vraiment tout, pour signer ce deal.

Certes, nos équipes en charge de la livraison de la prestation feront un peu la tronche, parce qu’on aura co-imaginé des choses étranges, voire impossibles à livrer. Mais bon… un petit massage des pieds, m’sieur le PDG ?

“On vous enverra cette pres’ à la fin du rendez-vous”

Un grand classique de toute réunion, y compris les réunions marketing.

Les commerciaux savent aussi bien employer cette fameuse phrase qui permet de dire simplement :

  • Oui, vous aurez accès à ce qu’on vous présente…
  • … mais seulement une fois qu’on aura retravaillé la fameuse pres’ après le rendez-vous

Bah ouais, on va quand même pas laisser la coquille que le stagiaire a laissé traîner, quand même, hein.

La fameuse pres', un essentiel du vocabulaire commercial 2.0

“Je reviens très vite vers vous”

C’est la fin du rendez-vous prospect ou client, et celui-ci a encore besoin de quelques preuves ou éléments avant de signer le contrat. Le commercial, avec son grand sourire, promet de “revenir très vite vers lui (ou elle)”.

De retour au bureau, ça débriefe immédiatement avec son supérieur, pour rôder son discours commercial, et arriver avec la pres’ de la mort qui tue, qui résout tous les problèmes (euh pardon, challenges) du prospect, et lui fait dégainer illico le stylo. Le “très vite” peut alors devenir un “assez vite”, si la réflexion prend un peu de temps…

Les phrases que les commerciaux utilisent en interne

Même si vos commerciaux font souvent bande à part dans l’entreprise, on est sûres que vous avez entendu, depuis un coin de porte, ces quelques phrases qu’ils utilisent entre eux. Chut, ne les dérangez pas dans leur habitat naturel…

“Tu gardes ça dans ton scope, hein ?”

Garder quelque chose dans son scope, c’est le garder à l’oeil, ou à l’esprit. Ca nous fait immédiatement penser à un sous-marin, avec son périscope qui observe la surface tranquillement.

Ce qui correspond en général bien à la situation de celui qui doit “garder ça dans son scope” : il est sous l’eau, et cette fameuse chose en plus vient se rajouter au milliers de petites tâches à faire… et passe donc largement au-delà du scope. Désolés, les gars, rappelez-le nous dans quelques jours.

“Je t’ai mis dans la boucle”

Pour qu’on puisse suivre les échanges par email, on est mis dans la boucle. Avec la fameuse copie carbone, on se retrouve alors inondé d’emails dont le sujet nous concerne plus ou moins (plus “plus” que “moins”, souvent).

Et surtout, vous avez beau être dans la boucle, une fois que vous vous retrouverez devant le client, vous la bouclez… jusqu’à ce que le contrat soit formellement signé. Pas de faux pas aussi près de l’objectif.

“Ca te dit qu’on travaille notre Elevator pitch ?”

Bon ok, on abuse un peu. Tous les vendeurs ne sont pas aussi déterminés à travailler leur pitch commercial à la pause de midi. Mais avant une soirée networking, ça ne leur ferait pourtant pas de mal.

Allez, on s’organise un petit brainstorm tous ensemble, pour vous trouver les meilleurs arguments de vente possible ?

Bonus : quelques anglicismes commerciaux bien sentis

Juste parce qu’on ne veut pas vous laisser sur votre faim, on a également rassemblé quelques bons anglicismes, très fréquents dans le vocabulaire commercial 2.0 d’aujourd’hui.

  • “La next step, à ce stade, c’est de…”
  • “Notre expert va prendre le lead sur le sujet
  • “J’attends votre go
  • “C’est déjà dans le pipe
  • “C’est un deal win-win
  • “J’ai fait un draft de la pres’, je te le forwarde ?”
  • “On se fait un follow-up dans une semaine, d’accord ?”

Certes, toutes celles-ci pourraient bien être traduites en Français… mais ce serait quand même vachement moins classe, non ?

Les anglicismes, toujours plus présents dans le vocabulaire commercial

Et si, après la lecture de cet article, vous avez encore besoin d’inspiration pour créer des phrases bien bullsh*t (mais qui sonnent bien), rendez-vous sur le Pipotronic. On adore ce générateur en ligne de pipeau commercial… ou marketing 😉

Qu'est-ce que vous en pensez ?
Au top
3
Elles ont osé !
0
Haha
1
Intéressant
0
WTF
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll To Top